Née aux Lilas, en 1976

L'œuvre de Nieves SALZMANN défend avec force la vraie peinture et ses subtils jeux de transparence. Les tons sourds se répondent dans des perspectives urbaines rapidement brossées, qui nous entraînent dans un mouvement dynamique vers un magnétique point de fuite. Cette jeune artiste très mûre est à découvrir maintenant.

Oeuvres

Expositions & foires



Vidéos

Oeuvres de Nieves SALMANN exposées - Emission TV "Thé ou Café"

2016

Biographie

FORMATION ET EXPERIENCE PROFESSIONNELLE
2014 : Diplôme de régisseur de spectacle option lumière avec les félicitations du jury, CFPTS, Bagnolet
2006 – 2014: Professeur de lithographie à la Villa Arson, Ecole des Beaux-Arts de Nice.
2008-2010: Coordinatrice et Professeur de peinture à la Sommerakademie de Salzbourg, Autriche
2002 : Diplômée de l’ENSBA (Ecole supérieure des Beaux-Arts de Paris) ; Bourse d’étude de lithographie à Leipzig, Allemagne

EXPOSITIONS DANS LES MUSEES
2018 : Schloss Ritzen Museum, « Salzmann / Bottet / Salzmann », collection privée Biering, Saalfelden, Autriche

EXPOSITIONS INDIVIDUELLES
France : Ivry-sur-seine (Atelier du bout de l’allée) ; Lyon (A.Del gallery) ; Nantes (Galerie La Folie des Arts) ; Paris (Galerie Arcturus, Galerie Weiler)
Autriche : Salzbourg  (Galerie Welz) ; Vienne  (Galerie Artmark, Galerie Artloung, Strabag)
Allemagne : Munich (Galerie Burger)

EXPOSITIONS COLLECTIVES
France : Boulogne-Billancourt (Espace Landowski) ; Lille (Galerie Naclil); Paris (Galerie Arcturus)
Autriche : Hallein (Galerie Freieraume) ; Linz (Galerie In der Schmiede) ; Saafeld (Musée Schloss Ritzen) ; Salzbourg (« Druckgrafik 2013 », Neuhauser Kunstmühle, Galerie Welz) ; Vienne (Artmark Galerie, « Väter und Töchter », Strabag Artloung, Galerie Exner) ; Zell am See (RHE Galerie)

FOIRES
France : Lille Art Fair (Galerie Arcturus) ; Salon des Indépendants, Paris ; Espace Eiffel-Branly, Paris ; Salon de Mai, Paris ; Biennale d’Art Contemporain de Nîmes ; Foire de Strasbourg
Autriche: Leopold Museum Kunstmesse, Vienne ; Salon de la Nouvelle Création, Linz
Royaume-Uni : London Original Print Fair, Royal Academy of Art, Londres
Allemagne : Foire de Karlsruhe
Finlande : Triennale d’Art Contemporain de Finlande

PRIX
2013: Invitée pour un projet lithographie et gravure à Salzbourg, Autriche ; Résidence en Pays de Loire, France
2011: Résidence d’artiste de trois mois à Vienne, Autriche
2008: Prix de Peinture « STRABAG », Vienne, Autriche
2001: 2ème prix de peinture « André et Berthe Noufflard »; 1er prix de gravure Michel Ciry, Dieppe, France 

BIBLIOGRAPHIE
2016 : « Nieves Salzmann, Cosmopolitown », Galerie Arcturus, Paris
2014 : « Nieves Salzmann, Autour du monde », Galerie Arcturus, Paris
2012 : « Nieves Salzmann, Sur la route », Galerie Arcturus, Paris

SCENOGRAPHIES et LUMIERES
Conception Lumières et scénographie : Tournée en France (« Johnny, fais-moi mâle ! », l’ensemble Virévolte, 2016-2018) ; La
Faïencerie, Creil (« Twist », Compagnie de danse contemporaine Ten, chorégraphie Johanna Levy, 2016) ; Tournée européenne des Moriarty (« Epitaphe », 2014-2015)
Conception Lumières : La Ferme du Buisson, Scène Nationale de Marne-la-Vallée, Noisiel (« Les règles du jeu », texte de Yann Verburgh, mise en scène Lorraine de Sagazan, 2018) ; Théâtre du Vieux Colombier (« Georges Dandin » de Molière, mise en scène Hervé Pierre, 2014-2015)
Scénographie, conception et réalisation : Théâtre du Hublot, Colombes (« Gengis parmi les pygmées », version 2009) ; Théâtre de l’Avant-scène, Colombes (« Gengis parmi les pygmées », version 2010) ; Théâtre Le Hublot, Colombes (« Une journée quelconque », textes de Dario Fo et Franca Ramé, 2011)
Scénographie et accessoires : Théâtre de l’Aquarium, Cartoucherie de Vincennes (« Wonderland Elements CFA #11 » mise en scène R. Lopez Munoz, texte Lewis Carroll, 2011)
Scénographie et conception des costumes : Théâtre d’Arcueil (« L’Humanité sans la tête », texte François Chaffin, 2008) ; Théâtre de Bligny (« L’Humanité sans la tête », texte François Chaffin, 2008) ; Théâtre de l’Opprimé, Paris (« L’Humanité sans la tête », texte François Chaffin, 2009)
Photographie : Théâtre de la Ville (« Pacifique », chorégraphie Nasser Martin-Gousset, 2011) ; Théâtre de la Ville (« Nearly 90’ » chorégraphie Merce Cunningham, 2009) ; Théâtre de la Ville (« Hibrah » chorégraphie Robin Orlyn, 2010) ; Théâtre de la Ville (« Casimir et Caroline » chorégraphie Ödön von Horvàth, 2009)  ; Théâtre des Abbesses (« La Cave », Compagnie Peepingtom, 2007)

Presse



Textes

C’est fascinant une route. Une route, ça peut vous emmener très loin, de l’autre côté du globe, au bout de l’aventure. C’est un lieu tangible, concret, vers des horizons insoupçonnés.  Une route, ça  a le formidable avantage de vous projeter vers un avenir forcément plus excitant. Toute une vie passée sur la route, façon road-movie, certains l’ont osé. Toute une vie passée à voyager en suivant une même ligne anthracite, c’est un peu – n’est-ce pas ?-  toucher la liberté du bout des doigts, du bout des semelles.

Dans les tableaux de Nieves Salmann, il y a un peu cette nostalgie d’un ailleurs, cet attrait sans cesse répété pour ces lignes qui fuient hors du cadre et s’en vont hanter d’autres mondes.

Ainsi que nous le confie justement  l’artiste «  les routes sont à la fois empreintes du monde, traces de l’histoire, mais aussi appel au mouvement, à l’aventure humaine vers des contrées inexploitées, inconnues. »

« On the road again », la nouvelle série de Nieves Salmann, est un voyage urbain au cœur des espaces qui nous entourent, ces espaces parfois vides de présence humaine, vides de sens aussi. Des immeubles aux fenêtres grises, comme indifférentes à la lumière du jour, bordent des axes déserts aux mille nuances de gris. L’artiste saisit ici un monde en pleine mutation. Un monde qui  se révèle à nous comme un monde aperçu depuis la vitre d’une automobile. Cette peinture comme le reflet de ce que garde la rétine en ayant traversé nos cités contemporaines. Un paysage dont on ne conserve que la partie immergée. De grandes lignes qui filent sur le sol, une impression de rigueur dans l’élaboration des espaces, des vides et des pleins. On the road again. Nous voici sur la route et se réveillent nos appétits d’explorateur, au cœur de la peinture le voyage commence, il suffit de se laisser porter, la route est toute tracée.

Par Ludovic DUHAMEL
Miroir de l’Art, 2014

L’oeuvre de Nieves Salzmann
Est un univers en formation
Une construction terrible
Où la matière nous absorbe
Nous tourmente dès le premier contact


Parcourir ces voies désertes
Zones déshumanisées
Pleines d’absences inquiétantes
Mais remplies
D’une présence magnifique
Non mesurable
Perceptible par cette violence
Graphée
Lieu d’une bataille
Que l’on devine terrible
Corps en convulsion
Luttant avec la matière
Avec l’espace et ses limites
Avec le mouvement et la fuite vers l’ailleurs
Cet au-delà
Où le temps n’a fait qu’amplifier
Notre désir
Suicidaire
De passer de l’autre coté
Sur cette autre rive

Où sont projetées les ombres
De ces icônes translucides
Suspendues tels des couperet
Empreintes sur les murs
De ta demeure
Traces fines légères
Nourries d’une vibrante
Et attirante sensualité
Tu es un passeur
Sirène combattante
Dangereuse et fatale
Energie à l’état pur


Tu ne crées pas d’images
Mais des transfigurations
Redoutables
Des sonorités
Aux timbres métalliques
Aux traits hypnotique
Peut-être un chant
Qui griffe
Brosse
Imprègne irrémédiablement
Ces lames opalescentes
Et nos âmes


Tu laisses filtrer La lumière
Sur un champ de lutte
Où la victoire t’appartient

Par Charles POISAY

Paris le 3 mars 2005

loading
×