Née à Londres (Royaume-Uni), en 1978

Avec encre et aquarelle, Juliette LOSQ crée un maillage profond qui nous transporte à la frontière de l’univers urbain et de la nature sauvage. Ces lieux étranges et inquiétants plongent notre regard dans le foisonnement de verdure au milieu duquel fourmillent graffitis, murs éboulés, animaux étranges. Le tout dans un camaïeu de gris, vert, brun, dégageant une poésie envoûtante. Elle a été récompensée par plusieurs prix en Angleterre et fait partie de la collection Saatchi.

Oeuvres

Expositions & foires



Vidéos

Exposition collective Theodore Art, New York

2010

Biographie

FORMATION
2007-2010 : Ecole de la Royal Academy, diplômée en Beaux-Arts
2004-2007 : Ecole d’Art de Wimbledon, diplômée en Peinture
2000-2001 : Institut d’Art The Courtauld, 18 e siècle, Arts Britannique et Français
1997-2000 : Université de Cambridge, diplômée d’Histoire de l’Art

EXPOSITIONS INDIVIDUELLES
Corée : Séoul (BTAP, GS Tower)
Etats-Unis : New York (Theodore Art)
France : Paris (Galerie Arcturus)
Royaume-Uni : Londres (Waterhouse and Dodd, The Fine Art Society Contemporary)
Suisse : Genève (Le Salon Vert)

EXPOSITIONS COLLECTIVES
Etats-Unis : New York (Storefront Bushwick, Ecoartspace); Miami
France : La Garde Freinet (Galerie Aalders)
Royaume-Uni : Londres (The Cello Factory, The Garden Museum, Long & Ryle Gallery, The Old Telephone Exchange, Luborimov Angus Hugues Gallery, Griffin Gallery, Mall Galleries,DOLPH Projects, Gallery 8, Horatio Junior Gallery, The Fine Art Society Contemporary, The Open West, All Visual Arts, Jerwood Space, John Jones Exhibition Space, SW1 Gallery, Royal Academy of Art, The Drawing Gallery) ; Devon (Burton Museum and Art Gallery) ; Liverpool (Walker Art Gallery) ; Shropshire (The Drawing Gallery) ; Wimbledon (College of Art)

FOIRES
Etats-Unis : Pulse, Miami ; Art Wynwood, Miami
Royaume-Uni  : London Art Fair ; The Cupar Arts Festival, Fife

COLLECTIONS PUBLIQUES
Royaume-Uni  : Newhall Women’s Art Collection, Cambridge ; Newhall College Art Collection, Cambridge ; All Visual Arts, Londres ; The Saatchi Collection, Londres

PRIX
2018 : Trinity Buoy Wharf Drawing Prize (sélectionnée); The Lynn Painter-Stainers Prize, Londres ; The Jackson’s Painting Prize, Londres (sélectionnée)
2017 : The Contemporary British Painting Prize, Londres (sélectionnée)
2016 : The Columbia Threadneedle Prize, Londres; The Lynn Painter-Stainers Prize, Londres
2015 : Winsor and Newton Painting Prize, Colart (Premier Prix) ; The Jerwood Drawing Prize, Londres (sélectionnée)
2014 : The John Moores Painting Prize (finaliste), Liverpool ; Visitor’s Choice Award (Premier Prix)
2011 : The Catin Art Prize, Shoreditch (sélectionnée)
2010 : Dunnoyer De Segonzac Award, Royal Academy of Arts ; Dovers Arts Club Award, Royal Academy of Arts ; The Gordon Luton Award for Fine Art, The Worshipful Compagny of Painter-Stainers (sélectionnée)
2006 : British Institution Award ; Royal Academy Summer Show (Premier Prix)
2005 : The Jerwood Drawing Prize, Londres (Premier Prix)

Presse



Textes

“ People are often confused as to whether they are looking at drawings, prints or paintings when they see my work in the flesh. I’ve borrowed parts from both watercolour painting and the process of etching. I build up the work like you would an etching plate, masking off areas then inking over them until the final image is ‘developed’ and revealed. I then add further detail and watercolour washes over this. I enjoy hovering between the different disciplines. Watercolour historically has connotations of feminine domesticity, or as being a sketching medium that is used in small scale preparatory works. I like the idea of turning these presumptions on their head in terms of the scale of the work and, to an extent, the disruptions to the landscape that I introduce.”

“Les gens sont souvent perplexes quand ils regardent mes oeuvres, ne sachant pas si ce sont des dessins, des gravures ou des peintures. J’emprunte à la peinture à l’aquarelle et au processus de gravure. Je construis mon travail comme on le fait avec une plaque de gravure, cachant des zones, puis les encrant jusqu’à ce que l’image finale soit développée et révélée. J’ ajoute ensuite d’autres détails et passe l’aquarelle qui lave par-dessus. J’aime flotter entre les différentes disciplines. L’aquarelle a historiquement des connotations réductrices limité à un art féminin et domestique ou comme étant un moyen d’esquisse à petite échelle pour des travaux préparatoires. J’aime l’idée de transformer ces présupposés et apporter ainsi des perturbations supplémentaires au paysage que je crée.”

Par Juliette LOSQ

loading
×