Né à Bilbao (Espagne), en 1951

Les paysages urbains, villes, usines, autoroutes qu’Alejandro QUINCOCES fixe sur la toile, soustraient un instant de la réalité quotidienne, à l’incessant flux du temps.
La superposition de couches et d’effets de matière mettent en lumière des vibrations subtiles. C’est une œuvre mature, forte, qui joue sur la tension entre l’abstraction et la peinture référentielle. Il a reçu de multiples prix et ses œuvres sont dans de nombreuses collections.

Oeuvres

Expositions & foires



Vidéos

Alejandro QUINCOCES - Visiones Urbanas

2012

Biographie

EXPOSITIONS DANS LES MUSEES
2015 : Centre Culturel La Vagada, Fondation Arcilla, Madrid, Espagne
2014 : Le Carmel, Tarbes (Galerie ARCTURUS)
2007 : Le Réalisme Espagnol Contemporain, Panorama Museum, Bad Frankenhause, Allemagne
2006 : Spanish Masters, Chicago Art Institute, USA
2004 : Musée de Santa Cruz, Tolède, Espagne
1988 : Musée des Beaux-Arts, Santander, Espagne
1984 : Musée de la Rioja, Logroño, Espagne
1983 : Musée d’Art Contemporain, Madrid, Espagne
1975 : Musée d’Art Contemporain de Bilbao, Espagne

EXPOSITIONS INDIVIDUELLES
Espagne : Madrid (Galeria Alfama) ; Bilbao (Galeria Guadiaro, Galeria Achevarria, Galeria Caledonia, Galeria Bay Sala, Galeria J.M Lumbreras) ; Barcelone (Galeria Ignacio de Lassaletta, Sala Parés) ; Algorta (Galeria studio 75) ; San Sebastián (Galeria Arte) ; Vitoria (Galeria Artelarre) ; Majorque (Galeria Bennassar) ; Valdepeñas (Casa de cultura) ; Cordoue (Galeria Ocre) ; Navacerrada (Galeria Nolde) ; Reus (Galeria Anquin’s) ; Gijón (Galeria Van Dyck) ; Santander (Galeria Santiago Casar) ; Séville (Galeria Haurie) ; Lorca (Galeria Thais) ; Valence (Galeria Puchol) ; Logroño (Galeria Pedro Torres) ; Vic (Galeria Susany) ; Cadiz (Galeria Rafael Benot)
France : Paris (Galerie ARCTURUS, Galerie Ariel Sibony), Metz (Galerie Raymond Banas)
Allemagne, Baden Baden (Galerie Frank Pages) ; Etats-Unis, New York (Gallery O.K Harris) ; Italie, Bologne (Galerie Forni) ; Milan (Galerie Barbara Frigerio, Galerie Forni) ; Suisse, Genève (La cave)

EXPOSITIONS COLLECTIVES (sélection)
Espagne : Bilbao (Galeria Arte, Museo de Arte Contemporaneo, Galeria J.M Lumbreras) ; Madrid (Galeria Alfama) ; Santander, Valence, Tolède, Barcelone, Séville, Salamanque, Pampelone
France : Bayonne (Maison du Contenia), St Jean Pied de Port, Paris (Galerie Mennour), Strasbourg (Galerie Brülee)
Angleterre, Londres (Gallery Mzssum’s) ; Etats-Unis, New York (Gallery Ambassadors, Gallery Weinstein), San Francisco (Gallery Louis Aronow), Saint Helena (Cristopher Hill Gallery ) ; Italie, Milan (Galerie Forni)  ; Suisse, Genève (La cave) ; Rép. Thèque, Prague (Sélection d’artistes basques)

FOIRES 
Allemagne : Art Zurich, Foire de Francfort, Foire de Karlsruhe, International de Cologne
Angleterre : Art London
Belgique : LineArt Gant
France : Art Fair Paris , Foire de Lille, Art Paris, St’art Strasbourg
Espagne : Artexpo Barcelone, Arte Santander, Arte Sevilla, Exposition Nationale d’Arts Plastiques de Valdepeñas, Foire de Madrid, InterArte Valence, Just Madrid, Salon du dessin Madrid
Etats-Unis : Art Miami
Italie : Arte Fiera Bologne, Artissima Turin, Art Verona, Foire de Bologne, Foire de Milan
Portugal : Foire de Porto
Suisse : Europ’Art Genève, Art Zurich

COLLECTIONS PUBIQUES
Espagne : Heraclio Fournier de Vitoria, BBK de Bilbao, Conseil Autonome de la Rioja, Centre Taurin de Logroño, Caja de Ahorros de Pollença à  Majorque, Mairie d’Alcorcón, Ministère de l’Education et de la Culture de la Communauté de Communes de Castilla-La Mancha, Musée d’Art Contemporain de Tolède, Musée Municipal de Valdepeñas, Musée de la Rioja, Groupe Medios Regionales de Madrid, Conseil Général de Vizcaya, Collection BMW Ibérica, Collection Gustavo Gómez Alonso, Musée Taurin de Bilbao, Collection Enrique Ybarra, Fondation Arteche Collection, Caja Laboral, Groupe Prisa, Groupe Ormazabal, Montajes Eissen, Fundación Sorigue à Lérida, Centro Cultural Caja Rioja, Mármoles del Ebro, Grupo Correo, Agrupación Medios de Información, Colección Caja Laboral
Italie : Paolo Francesco Ribotto (Milan), Enrico Boglione (Turin)

PRIX
1999: Premier Prix de la Ville de Tudela Médaille d’or Laurent le Magnifique à la Biennale Internationale d’Art Contemporain de Florence ; Premier Prix du 14e Prix BMW de Peinture
1996: Pámpana d’or, Valdepeñas
1992: Premier Prix Caja Rural de Salamanca
1991: Médaille d’Honneur au Sixième Prix BMW de Peinture
1990: Premier Prix Pintores para el 92, Caja de Ahorros de Córdoba ; Première médaille,
Exposition Nationale d’Arts Plastiques de Valdepeñas
1989: Pámpana d’or, Valdepeñas ; Médaille d’Honneur au Quatrième Prix BMW
1987: Médaille d’argent Concours national Alcorcon Pámpana d’argent, Exposition Nationale d’Arts Plastiques de Valdepeñas
1983: Premier prix du Concours National d’Alcorcon
1982: Premier prix du Quatrième Prix du Conseil ; Autonome  de la Rioja, Logroño
1981: Première mention honorifique de la Biennale de peinture de Logroño
1979: Deuxième prix Léonard de Vinci (1ère édition)
1978: Médaille de la Biennale de Vitoria

BIBLIOGRAPHIE (sélection)
2013 : « Silencios », Juan Manuel Lumbreras
2012 : « Alejandro Quincoces », Atmósferas magistrales
2011 : « Exposición del pintor vasco  Alejandro Quincoces en Milán ». (Galería de arte Bárbara Frigerio)
2010 : « Expansión : Alejandro Quincoces, el paisaje en clave sublime »
2009 : « La voz de Asturias : Quincoces como modelo »
2008 : « Colores y Formas, arte abstracto en el museo de la Rioja », de Mª Teresa Sánchez Trujillano, editado por el Museo de La Rioja.
2007 : « Alejandro Quincoces, visiones urbanas », 2èmeédition 1995-2007, Carlos Lopez Gonzales, 254p
1999 : « Alejandro Quincoces, visiones urbanas », Carlos Lopez Gonzales

Presse



Textes

Dans ma peinture, il y a deux réalités représentées et complémentaires : la réalité externe, vue, sentie, appréhendée et la réalité physique du tableau exprimée dans l’usage des procédés picturaux. Il y a un désir délibéré d’exprimer et d’imbriquer ces deux réalités dans un tout ; un tableau-fenêtre, un plan peint.

Les motifs ou les sujets procèdent de l’environnement quotidien, de la vie commune à tous (dans ce sens, l’emblème qui caractérise la société actuelle est l’autoroute, le voyage en voiture, plus que les expéditions vers Mars ou les études sur la lune) et vus au travers de medias divers : une télévision, une photographie ou la vision directe du quotidien. L’objectif est d’impliquer le spectateur dans une image reconnaissable, dans des sentiments et expressions par lesquelles le peintre laisse entrevoir un message sur la relativité du temps, le cours de la vie, le poids social inévitable, la soumission de tous devant le destin.

La vitalité de l’art et  de la peinture en général est indiscutable, manger ou aimer restants essentiels ; peindre est une opportunité vitale dont la pratique directe la rend irremplaçable pour l’avenir de l’art.

Ma préférence claire est l’usage de peu de couleurs en cherchant des « suggestions » plutôt que des couleurs pures ; je crois à une matière mixte plutôt que pure, dans la destruction plutôt que dans la construction de la forme, avec pour désir de transférer au spectateur la liberté de participer à la recomposition de la réalité vue et sentie par l’artiste.

Par Alejandro QUINCOCES

Le style de peinture d’Alejandro Quincoces est une sorte « d’impressionnisme / expressionnisme » où la matière joue un rôle essentiel…

Ce qui compte par-dessus-tout pour Alejandro Quincoces, est l’acte même de peindre, sa relation avec l’œuvre et le format. Il est aussi très attiré par les effets de contrastes d’ombre et de lumière ; la lumière froide de l’aube et la lumière réfléchie jouent un rôle important dans son œuvre. De la tradition impressionniste, il tire également l’idée que la peinture elle-même doit parler de la vie quotidienne, des évènements de tous les jours…

Son travail de préparation se construit en deux étapes : la surface, qui doit être suffisamment riche et variée et la peinture directe. Il utilise de fines glaçures et de lourds empâtements pour créer l’atmosphère du tableau et lui donner une consistance physique…

Sa façon de procéder l’entraîne également vers les limites de l’inconnu. Il y a quelque chose d’incontrôlable dans sa peinture qu’il recherche et qui le rapproche de la tradition du Romantisme, qui appartient au « domaine de l’accidentel ». Le fortuit apporte autre chose à ce qui est concret et prémédité.

Ces peintures représentent l’idée romantique que les êtres humains sont une toute petite partie de la nature. Elles montrent que le paysage est supérieur à l’homme, qui se sent dépourvu de personnalité face à l’immensité de la nature.

Par Carlos LOPEZ GONZALES
« Alejandro Quincoces – Visiones urbanas, 2° edicion ampliada, 1995-2007 »

loading
×